Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Actualités 2018 / Plantes, oiseaux, insectes invasifs : état des lieux
Actions sur le document

Plantes, oiseaux, insectes invasifs : état des lieux

 

Pour de plus amples information sur les thématiques ci-dessous : cGhpbGlwcGUudmFuYXNicm9lY2tAc3B3LndhbGxvbmllLmJl

 

Gestion des renouées asiatiques

 

Pour faciliter les conseils en matière de gestion des renouées asiatiques, un arbre décisionnel et 10 fiches techniques ont été établis.  
A consulter à l’adresse : http://biodiversite.wallonie.be/renouees (voir en particulier l’onglet sur la lutte)

 

Bernache du Canada : état des lieux des opérations de régulation en Haute-Meuse


Un plan d’action destiné à réguler les populations de bernaches à l’échelle d’un territoire pilote (le bassin versant de la Haute-Meuse) à été élaboré par la cellule interdépartementale espèces invasives (CiEi) en 2013. Dans ce cadre, une opération de stérilisation des œufs est menée chaque année depuis 2012 sur les îles mosanes (de la frontière française à l’écluse d'Andenne) par les services extérieurs du DNF (Cantonnements de Namur et Dinant). En 2018, 995 œufs provenant de 206 nids ont été stérilisés.

Cinq opérations de capture-euthanasie ont été menées en 2018 (3 en Haute-Meuse, 1 au Lac de l’Eau d’Heure et 1 dans le brabant wallon), en collaboration avec le Contrats rivière Haute-Meuse, la Ville de Namur et l’Asbl des Lacs de l’Eau d’Heure. Une des opérations en Haute-Meuse a été réalisée à la frontière française en collaboration avec nos collègues français de l’ONCFS. Un total de 929 individus ont été capturés et euthanasiés. En trois années de gestion, 2048 individus ont été euthanasiés. Les résultats des inventaires menés en 2018 (données IRSCNB, voir annexe) montre clairement un effet de la gestion sur la population de bernaches du Canada en Haute-Meuse.

Enfin, 1593 individus de Bernache du Canada ont été tués en action de chasse en 2015 (saison 2015-2016).

 

Avis de recherche : frelon asiatique !

 

Plus de 130 observateurs ont signalé la présence de frelons asiatiques en 2018. Ces données sont très précieuses car elles permettent de suivre la dynamique d’invasion de cet insecte et d’en rechercher les nids pour pouvoir les détruire et ralentir ainsi sa progression. Merci à tous pour vos signalements !

Pour votre information, vous trouverez ci-dessous un graphique illustrant l’évolution du nombre de données reçues jusqu’ici. Il reprend les données validées avec photos ou envoi de spécimen (en orange foncé) et les données erronées ou qui n’ont pas pu être validées faute de photo (en orange clair).

En début de saison, la plupart des observations rapportées se réfèrent à d’autres insectes (majoritairement le frelon européen, fort abondant cette année). Le frelon asiatique fait quant à lui l’objet d’un nombre croissant d’observations depuis le mois de juin, avec un grand nombre de données provenant d’attaques d’abeilles près de ruches.

frelons asiatiques signalement 2018

La distribution géographique des observations validées en Wallonie est accessible à partir de cette page internet.
La carte permet de savoir si des données ont pu être validées près de chez vous. Elle montre que le frelon asiatique est aujourd’hui assez largement répandu dans toutes la province du Hainaut.

Les prochaines semaines seront déterminantes pour la détection de nouveaux nids installés dans les arbres ou dans les habitations. Merci de bien vouloir être attentif et de continuer à signaler la présence des frelons et/ou des nids que vous pourrez observer via le portail d’encodage, si possible avec documents photographiques à l‘appui.

Sachez que les fleurs de lierre sont des ressources fréquemment visitées par le frelon et méritent d’être particulièrement tenues à l’œil. Il en va bien sûr de même des ruchers, où le frelon prélève des abeilles.

 

News de l'Observatoire wallon de la Santé des Forêts (OWSF)

 

La news de juillet-août de l’Observatoire wallon de la Santé des Forêts est disponible via ce : LIEN

 

Scolyte

 

L’épicéa subit actuellement  de nombreuses attaques d’Ips typographe sur notre territoire.
Vous trouverez sur notre site une information scolyte reprenant les réponses aux questions principales que vous avez posées à l’OWSF.

 

wallonie service public logo

Service public de Wallonie
intérieur action sociale

Avenue Bovesse, 100
5100 Jambes
www.wallonie.be


 

Petite forêt privée : épicéas scolytés


Recommandations de la Cellule d’appui à la petite forêt privée, un service de l’Office Economique Wallon du Bois, aux propriétaires forestiers privés concernés par des épicéas scolytés sur leurs parcelles.

La chaleur et la sécheresse de cet été ont entrainé une pullulation d’insectes ravageurs des épicéas, les scolytes (« Ips typographe »). Seul l’épicéa y est sensible et les arbres attaqués meurent rapidement. Les arbres touchés perdent une part significative de leur valeur commerciale.

Pour tenter de juguler cette épidémie et de réduire ses conséquences économiques, il est indispensable d’évacuer les arbres atteints. En effet, chaque épicéa contaminé est susceptible de produire une génération des milliers d’individus qui s’attaqueront à plusieurs arbres voisins ou plus éloignés.

Il est important de rappeler que l’évacuation des épicéas scolytés est une obligation légale (Article 62 de l’Arrêté Royal du 19 novembre 1987). Les recommandations présentées dans ce communiqué ont pour but d’aider dans cette tâche les propriétaires forestiers privés concernés.

1) Il est indispensable d’identifier rapidement les épicéas attaqués par les scolytes, à savoir ceux qui présentent un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • trous de perforation sur l’écorce avec expulsion de sciure et éventuellement écoulement de résine;
  • jaunissement / roussissement des aiguilles, ou perte brutale des aiguilles;
  • décollement ou perte de fragments d’écorces.
       

2) Les arbres présentant au moins un de ces symptômes doivent être évacués avant le 31 mars 2019.

3) Les épicéas morts avant le printemps 2018 et ayant perdu toute leur écorce ne sont plus considérés comme contaminants. Leur évacuation n’est donc pas prioritaire.

4) Dans les parcelles concernées, toute coupe portant à la fois sur des arbres scolytés et des arbres sains doit être mûrement réfléchie. Des professionnels sont à la disposition des propriétaires pour les aider à prendre ces décisions.

5) Les propriétaires concernés par des coupes d’épicéas scolytés sont invités à prendre contact soit :

   
6) Avant de procéder à une coupe, il est conseillé de prendre des photos et de rassembler toutes les autres pièces décrivant les lots de bois concernés.

7) Des informations techniques ou juridiques sur les arbres scolytés peuvent aussi être obtenues auprès des structures d’accompagnement de la forêt privée :

  • NTF (Nature, Terres et Forêts) : Association réprésentative des propriétaires ruraux de Wallonie :  www.ntf.beaW5mb0BudGYuYmU=
  • SRFB (Société Royale Forestière De Belgique) : Association d’information et de formation pour les propriétaires forestiers privés: www.srfb.beaW5mb0BzcmZiLWtiYm0uYmU=
  • CAPFP (Cellule d’Appui à la Petite Forêt Privée) : Service d’accompagnement pour les petites forêts privées de moins de 5 hectares: www.capfp.beaW5mb0BjYXBmcC5iZQ==


8) Vu l’ampleur du phénomène, une vigilance particulière devra être consacrée aux foyers de scolytés au printemps 2019 pour mieux contrôler l’apparition éventuelle de nouveaux cas. Cette recommandation reste de mise même après l’évacuation des bois scolytés cet hiver.

Vous retrouverez également une note technique rédigée par l’Observatoire Wallon de la Santé des Forêts résumant les bonnes pratiques pour gérer au mieux ce ravageur à l’adresse suivante : http://owsf.environnement.wallonie.be.

L’Office Economique Wallon du bois
Coordinateur de la Cellule de Crise « Scolytes de l’épicéa »

petite forêt privée cellule appui logo